Quelles alternatives naturelles au sucre ?

Quelles alternatives naturelles au sucre ?

Quelles alternatives naturelles au sucre ?

Quelles alternatives naturelles au sucre ? Si vous cherchez à sucrer vos céréales ou votre yaourt, vous allez probablement vous tourner vers le sucre. Il existe pourtant des alternatives. Certains aliments appellent irrémédiablement un peu de sucre, et à 15 calories par cuillère à café, un peu de sucre en plus ne vous fera pas de mal, tant que vous le consommez avec parcimonie.

Y a-t-il un intérêt à remplacer le sucre par d’autres types de sucre ?

Mais vous avez peut-être découvert d’autres formes de sucre dans votre rayon épicerie, comme le sirop d’agave, le sucre de malt ou maltose, et vous vous demandez si certaines sont plus intéressantes que d’autres.

D’un point de vue nutritionnel, il n’y a pas vraiment de « gagnant ». Premièrement, l’apport calorique du sucre, des sirops, du miel et des autres équivalents est comparable. Et s’il est vrai que certains contiennent de petites quantités de vitamines et minéraux, les quantités consommées sont si faibles que cela n’a pas de réelle incidence. Au final, vos choix sont dictés par vos préférences gustatives et les saveurs que vous préférez.

Quelles sont les sources naturelles de sucre ?

Miel et sirop d’érable

Le miel et le sirop d’érable sont très peu transformés. Ce que vous achetez est très proche de ce que l’on trouve à l’état naturel.

Les abeilles fabriquent le miel à partir du nectar de toutes sortes de plantes à fleurs. C’est pour cela que son goût et sa couleur peuvent varier en fonction de la source du nectar. La plupart des miels commercialisés sont simplement chauffés et filtrés avant d’être conditionnés. Toutefois, il est possible de trouver du miel cru, non transformé.

La sève produite par les érables est, elle aussi, très peu transformée. Elle est portée à ébullition pour retirer une partie de son eau afin de concentrer davantage le sirop.

Le miel et le sirop d’érable comptent environ 60 calories pour 1 cuillère à soupe. C’est un peu plus que le sucre blanc (50 calories), mais leur pouvoir sucrant est supérieur et vous en utilisez donc moins.

Sirop d’agave

Le sirop d’agave est produit à partir de la sève de l’agave, une plante grasse de la famille des cactus. Le sirop d’agave a un goût très sucré, mais assez doux. Tout comme le sirop d’érable et le miel, il subit un traitement minimal, à basse température afin d’en éliminer l’excès d’eau. Le sirop d’agave est un peu moins épais que le miel ou la mélasse. Il se mélange donc très bien dans les liquides, comme le thé glacé par exemple.

Une cuillère à soupe de sirop d’agave apporte 60 calories.

Jus de canne

Le jus de canne est issu de la canne à sucre, une plante herbeuse assez grande native du Pacifique Sud. On ne trouve pas facilement le jus de canne sous sa forme liquide comme édulcorant. Mais il existe plusieurs produits issus de son évaporation, comme les pierres de sucre.

Le produit le moins raffiné est un sucre appelé rapadura. Il s’agit d’un sucre humide, de couleur brune et qui contient certains minéraux (fer, calcium, potassium et magnésium en petites quantités et naturellement présents dans la canne à sucre). À mesure que le liquide s’évapore, le sucre se cristallise sous forme de sucre turbiné et le jus de canne est produit. On compte environ 50 calories par cuillère à soupe.

Si elle est davantage raffinée, la canne à sucre se transforme en sucre blanc de consommation, le sirop restant forme ce que l’on appelle la mélasse. Le sirop est porté à ébullition plusieurs fois pour retirer le sucre et à chaque cuisson, la concentration en minéraux augmente et le sirop s’assombrit. La mélasse a un goût très prononcé. Elle est donc généralement utilisée en complément d’autres édulcorants. La mélasse compte environ 50 calories par cuillère à soupe.

Sirop de céréale

On trouve également des sirops issus de céréales, tels que le sucre de malt ou maltose et le sirop de riz brun.

On laisse les grains d’orge germer. Ils produisent ensuite des enzymes qui transforment l’amidon en sucre. Le tout est ensuite mélangé à de l’eau pour pouvoir en extraire le sirop. Ces mêmes enzymes peuvent être mélangées à du riz brun cuit pour produire le sirop de riz brun.

Les deux comptent environ 60 calories par cuillère à soupe, mais ils sont moins sucrés que du sucre classique. Vous risquez donc d’en utiliser plus que les autres édulcorants. Mais ils participent aux secrets de fabrication des boulangers. Les sirops de céréales sont en effet des agents de fermentation exceptionnels qui rendent le pain maison incroyablement léger et parfumé.

Si vous voulez être original, vous pouvez enfin opter pour le sucre de fleur de coco. Outre son goût (intéressant pour préparer un gâteau légèrement parfumé à la coco), il a comme grand atout d’avoir un indice glycémique bien plus bas que le sucre raffiné !

Et vous, faites-vous attention à la quantité de sucre que vous consommez ? Faites-vous le choix des alternatives présentées dans cet article ?

 

Source :  Susan Bowerman, Directrice Senior, Département international Formation et Nutrition, Herbalife Nutrition

Comment faire un sandwich ?

Comment faire un sandwich ? 

Comment faire un sandwich ?

Comment faire un sandwich ? Avec l’été, vient la saison des pique-niques et des sandwiches. Pourquoi choisir de manger un sandwich ? Parce qu’il existe tellement de recettes possibles !

Le sandwich : tellement de possibilités de recettes !

Si l’on définit le « sandwich », on dirait que c’est un mets composé le plus souvent de 2 tranches de pain, avec un ou plusieurs ingrédients entre elles, se mangeant le plus souvent sans couvert.

S’il est souvent classé comme un produit de la restauration rapide, il peut malgré tout être très sain ou gastronomique : tout dépend de la recette et des ingrédients !

D’autant plus si vous faites maison vos sandwiches !

Dans cet article,  vous trouverez de l’inspiration pour réaliser vos recettes de sandwiches froids.

Recettes de sandwiches : le pain

Il existe une grande variété de pains pouvant servir à faire un sandwich délicieux :

  1. Baguette « campagne »
  2. Baquette aux graines
  3. Tranches de pain de mie (pain de mie complet de préférence)
  4. Pain complet
  5. de campagne
  6. multigrain
  7. Pain de seigle
  8. Baguette blanche (classique mais pas le plus recommandé)

Comme nous l’avons plusieurs fois mis en avant, nous préconisons un pain fait avec de la farine complète, et d’éviter les produits céréaliers raffinés (les pains blancs) même si ces derniers peuvent tout à fait être un plaisir ponctuel !

Recettes de sandwiches : les condiments

Deuxième étape après le choix du pain : la sélection du condiment ou d’une alternative. A ce stade, étalez sur une tranche de pain une fine couche de :

  1. Moutarde
  2. Filet d’huile d’olive
  3. Fromage frais ou fromage blanc
  4. De la confiture (de figues par exemple)

Attention : un condiment peut ramollir le pain s’il y a un temps trop. Egalement s’il y en a trop, il risquerait de couler !

Recettes de sandwiches : une source de protéines

Une fois fait votre base de sandwich, ajoutez une source de protéines. Il y en a pour tous les goûts

  1. Un très classique jambon blanc
  2. Un jambon de pays (de Bayonne, de Parme…)
  3. Du blanc de poulet (ou de dinde)
  4. Du rôti de porc ou du rôti de bœuf
  5. Rillettes de porc ou de poisson (saumon, thon…)
  6. Lamelles finement coupées de magret de canard
  7. Miettes de thon
  8. Des sardines
  9. Du saumon fumé
  10. Des œufs durs

Pour les végétariens et vegans, pensez aux :

  1. Légumineuses
  2. Tofu
  3. Tempeh
  4. Purées d’oléagineux
  5. Houmous

L’option fromage

Selon vos goût, vous pouvez disposer dans votre sandwich de fines tranches de fromages :

  1. Gruyère
  2. Emmental
  3. Gouda
  4. Cheddar
  5. Camembert
  6. Comté
  7. Morbier
  8. Fromage de chèvre

Recettes de sandwiches : les légumes

Les légumes sont indispensables pour avoir un sandwich sain et équilibré.

Il y a les classiques :

  1. Salade (laitue…)
  2. Tomate
  3. Oignon

Mais n’hésitez pas à innover pour varier les plaisirs ! Certains légumes se mangent crus quand d’autres sont, au préalable, à cuire. Certains apportent du moelleux quand d’autres seront croquants sous la dent. Faites-vous plaisir avec un sandwich gourmand ! Ainsi, essayez, pour le rendre savoureux, de varier les combinaisons :

  1. Avocat
  2. Poivron
  3. Quelques feuilles d’épinards
  4. Roquette
  5. Aubergine
  6. Courgette
  7. Carottes
  8. Radis
  9. Etc.

Idéalement, visez 2 légumes (vous pouvez en mettre plus, mais attention alors aux quantités respectives afin que votre bouche soit assez grande pour mordre dedans).

Touche finale : l’assaisonnement

Pour terminer votre préparation et lui donner un goût unique, assaisonnez votre sandwich avec :

  1. Une épice : poivre, paprika ou piment de Cayenne par exemple
  2. Des herbes aromatiques : du thym, du basilic ou du persil

Et vous, quelle est votre recette de sandwich préférée ? Laissez vos idées sur le blog  !

Source : Herbalife Nutrition

Sa condition physique quand on est sportif pendant un confinement ?

Sa condition physique quand on est sportif pendant un confinement ?

Sa condition physique quand on est sportif pendant un confinement ?

Sa condition physique quand on est sportif pendant un confinement ? Je souhaite vous faire découvrir un article de Dana Ryan, Directrice du département Performances sportives et formation pour Herbalife Nutrition. Elle donne ses conseils à destination des sportifs, privés d’entraînements et de compétitions lorsque des mesures de confinement sont mises en place.

Le sport est sans aucun doute l’une des formes d’entraînement qui manquent le plus lors des mesures de confinement qui peuvent être mises en place pour faire face à la pandémie. Dans ce contexte, les matchs sont reportés à une date ultérieure (souvent inconnue). C’est une période particulière pour les athlètes qui ont hâte de revenir à une vie normale et se donner pour leurs supporters.

Je travaille avec des athlètes professionnels  parmi les meilleurs au monde que j’entends formuler les mêmes inquiétudes depuis le report ou l’annulation des activités et rencontres sportives. Beaucoup peinent à entretenir leur condition physique et leur régime alimentaire. Ils sont stressés, car ils savent qu’une fois les interdictions levées, ils devront revenir avec un niveau maximum. Nous sommes également nombreux à tenter d’entretenir notre forme et notre santé en ces temps incertains. Il est des choses que nous pouvons faire. Quel que soit notre niveau, athlète ou non, pour conserver notre condition physique et notre motivation intactes.

Si vous bougez et si vous vous entraînez, alors vous êtes un athlète et ces conseils pourraient vous intéresser. Voici quelques-unes des actions mises en place par mon équipe. Et que je partage avec les athlètes sponsorisés par Herbalife Nutrition pour les aider à entretenir leur condition physique et leur mental pendant la pandémie.

Sa condition physique quand on est sportif pendant un confinement ?

Conservez votre routine habituelle, accordez la priorité à vos temps de repas

Athlète d’élite ou amateur de fitness, le meilleur moyen pour vous de ne pas perdre le rythme est de conserver votre routine. Cela implique de vous lever à la même heure tous les matins. De prendre votre petit-déjeuner comme d’habitude. De vous entraîner et de programmer des plages de récupération.

Nos athlètes savent que l’entraînement ne commence pas avec le premier altère soulevé, mais dès la routine pré-entraînement, l’alimentation. Il est important que vous apportiez à votre corps les nutriments dont il a besoin pour entretenir votre masse corporelle. Disposer de suffisamment d’énergie pour tenir vos objectifs. Peu importe que vous travailliez sur la piste ou dans votre salon ! L’alimentation de qualité pour sportifs vous sera indispensable si vous voulez rester au top de votre forme.

Nous fonctionnons par habitudes et nous nous reposons sur une structure et une routine. Les contraintes comme celle de rester chez soi rendent plus importante encore la planification de vos journées.

Soyez attentif aux protéines que vous consommez

Nos athlètes ne distinguent jamais la nutrition de leur entraînement. Les protéines sont indispensables pour développer et entretenir la masse musculaire. Elles apportent également les éléments constituants qui nous aident à produire des anticorps pour lutter contre les infections. protéger notre système immunitaire.

Avec nos athlètes, notamment les joueurs de football américain, nous nous concentrons sur les protéines issues des produits laitiers. Nous personnalisons leurs programmes d’alimentation selon leur charge de travail. Vous n’aurez peut-être pas besoin d’autant de protéines qu’un joueur de 100 kg qui s’entraîne jour et nuit. Mais les protéines issues des produits laitiers constituent une option intéressante pour les athlètes en raison des deux éléments principaux qui la composent : le petit-lait et la caséine.

  • Le petit-lait agit très rapidement pour une récupération immédiate
  • La caséine, quant à elle, agit plus progressivement et permet une récupération sur le long terme.

Les protéines issues des produits laitiers sont dites « complètes ». En effet, elles contiennent la totalité des acides aminés essentiels que le corps ne peut produire lui-même.

Certaines tendances voient le jour et on observe des athlètes qui optent pour une alimentation végétale. Si ce n’est pas vraiment surprenant compte tenu des nombreux bienfaits sur la santé et le fonctionnement de l’organisme. Il peut être plus compliqué d’obtenir tous les acides aminés. Pour compléter une alimentation végétale, on peut consommer du soja qui compte parmi les très rares protéines végétales contenant tous ces acides essentiels. Dans le cas contraire, vous devrez associer les bons ingrédients végétaux pour composer vos repas et profiter de tous les bienfaits. Le riz et les haricots peuvent être associés par exemple.

Quelle quantité de protéines devrais-je consommer ?

Les protéines : essentiels pour les sportifs

On sait que consommer 20 à 40 g de protéines de qualité après votre séance de sport est idéal pour que les muscles se développent et récupèrent. La quantité de protéines recommandée pour vous dépendra de vos objectifs sportifs. Les protéines supplémentaires permettent d’augmenter son poids et sa masse musculaire. Dans cette optique uniquement je recommanderais un Shake protéiné avant le coucher à certains athlètes.

Et les glucides ?

Toutefois, même si le plus gros mythe de l’activité sportive affirme que « les protéines sont tout ce dont on a besoin » après un entraînement ! Il ne faut pas se tromper et supprimer les glucides. Si vous cherchez à affiner votre silhouette ou à entretenir votre poids de forme. Surtout maintenant que nous ne pouvons plus autant bouger; Il peut être judicieux de supprimer les glucides pour se concentrer sur les protéines. Par contre, ne le faites pas autour de votre séance d’entraînement (que ce soit une session cardio ou de renforcement musculaire, et même si l’entraînement est d’intensité modérée).

Le corps a quand même besoin de ces glucides pour y puiser son énergie. Les protéines et les glucides s’associent parfaitement pour développer les muscles pendant la récupération. Ils travaillent main dans la main. Vous optimiserez votre récupération en en consommant à parts égales après un entraînement.

Augmentez la cadence d’hydratation

Toujours s’hydrater

La plupart du temps, si nous restons sédentaires, assis sans activité, nous avons tendance à ne pas boire autant que nous le devrions. Mais en tant qu’athlète, la déshydratation peut fortement impacter vos performances. Et ce que  beaucoup ne semblent pas réaliser. C’est que lorsque l’on ressent la soif, notre corps est déjà un peu déshydraté. C’est pourquoi il est important d’assurer une prise de liquide très régulière. En réalité il ne faut pas grand-chose pour affecter les performances.

Et les grignotages ?

Le grignotage semble nous toucher tous lorsque nous sommes coincés à la maison. Le fait de maintenir une hydratation suffisante pourrait bien nous aider sur ce sujet également. Si vous avez le sentiment d’avoir faim plus souvent, buvez un verre d’eau avant de vous laisser tenter. S’hydrater correctement est une habitude simple à prendre et qui peut fortement influencer les bonnes conditions de fonctionnement du corps et le préparer au retour à la normale.

Entraînez-vous en extérieur lorsque vous le pouvez

Même si les contraintes liées à l’épidémie sont importantes et si vous ne disposez pas d’un jardin ou d’un balcon, il est important d’essayer de sortir en milieu de journée lorsque le soleil est le plus haut. Cela vous permettra de profiter d’un maximum de vitamine D. Entre 10h et 14h, le soleil est à son maximum pour convertir ses rayons en vitamine D. Des études ont montré que la vitamine D joue un rôle dans les performances, la récupération, et plus particulièrement dans le soutien au système immunitaire, notamment pour les virus respiratoires.

Des études ont montré que la vitamine D en quantité adaptée participe à l’humeur positive, ce qui constitue un élément important puisque nous sommes confinés en intérieur toute la journée.

Sa condition physique quand on est sportif pendant un confinement ?

Entretenez une connexion mentale

Nous travaillons avec des athlètes aux États-Unis, en Équateur, en Thaïlande, Europe ou encore en Inde, mais qu’importe le lieu, nous avons l’habitude de côtoyer nos équipiers pour rester motivés. Dans ce cas, comment résister pendant cette pandémie ? Nous avons bien compris toute l’importance d’une routine pour soi-même pour pouvoir donner aux autres. C’est on ne peut plus vrai pour les athlètes dont les carrières et l’avenir sportif sont suspendus, ou pour nous qui traversons une période difficile ou qui cherchons à jouer un rôle positif auprès des autres.

Il est important de garder le contact avec vos amis et votre famille et de ne pas oublier pour qui vous restez chez vous. Les réseaux sociaux peuvent s’avérer très utiles dans ce cas. Les défis et compétitions en ligne nous rappellent que nous traversons cette épreuve ensemble, même si nous devons rester chacun chez nous.

Pour se relaxer, beaucoup de nos athlètes se coupent temporairement des actualités pour pouvoir se concentrer sur du contenu positif et traverser plus sereinement ces temps incertains. La méditation est elle aussi utile pour apaiser la nervosité et mieux dormir pour reprendre une routine en pleine forme le lendemain.

 

À la fin de chaque journée, que vous soyez athlète professionnel ou occasionnel, que vous fassiez vos entraînements dans votre salon ou votre jardin, la même règle s’applique à tous : pour entretenir votre santé et votre condition physique, il convient d’associer des activités physiques à une alimentation de qualité.

Quelles sont les meilleures graines pour perdre du poids ?

Quelles sont les meilleures graines pour perdre du poids ?

Quelles sont les meilleures graines pour perdre du poids ?

Quelles sont les meilleures graines pour perdre du poids ? Perdre du poids avec les graines ? Oui ! Elles peuvent être un allié dans la perte de poids.

Comment maigrir avec des graines ?

Pensez aussi aux graines pour perdre du poids ! Les graines présentent de nombreux atouts, comme nous vous l’avons expliqué dans un précédent article, dont celui d’aider à mincir.  Voyons les meilleures graines pour maigrir.

En effet, de nombreuses graines vont vous aider à perdre votre surpoids (ces quelques kilos en trop), à perdre du ventre (pour retrouver un ventre plat) , des cuisses ou des hanches…

Perdre du poids avec les graines de chia

Les graines de chia sont riches en fibres aussi bien solubles qu’insolubles.

Fibres solubles et insolubles

Les fibres solubles se dissolvent simplement dans l’eau. Et quand ces fibres se dissolvent, elles épaississent. Quand ces fibres entrent en contact avec le liquide de votre estomac, elles gonflent et épaississent. C’est pourquoi elles vous aident à vous sentir rassasié(e) (sentiment de satiété)

Les fibres insolubles participent également à la santé de votre système digestif. Elles absorbent l’eau dans le tube digestif inférieur et gonflent. Elles aident ainsi à réguler votre métabolisme.

Bref, pour maigrir durablement, chercher des aliments riches en fibres fonctionne toujours !

Comment manger des graines de chia ?

Régulièrement, ajoutez une à deux cuillères à café de chia dans vos salades, vos yaourts ou vos milk-shakes !

Maigrir grâce aux graines de lin

Les graines de lin sont également très riches en fibres. Ces graines pour mincir ont par ailleurs un effet bénéfique sur le transit intestinal, en limitant le risque de constipation.

A consommer en yaourt, en salade, sur des légumes, dans les pâtes à gâteaux ou à tartes, dans un muesli ou dans des milk-shakes

Des kilos en moins en consommant des graines de moutarde

Les graines de moutarde apportent de nombreux nutriments. Elles sont riches en fibres. Elles sont aussi particulièrement intéressantes pour la digestion car elles stimulent la production de sucs gastriques.

Les graines de moutarde sublimeront vos poissons (saumon…), vos viandes maigres (poulet, dinde…) ou encore vos salades !

Mincir avec les graines de tournesol

Les graines de tournesol sont un atout de la perte de poids car elles apportent la sensation de satiété et boostent le métabolisme. Elles sont aussi source de fibres.

l’apéritif, dans des salades ou un bol de muesli, elles sont délicieuses ! Attention toutefois :

  • Préférez les graines de tournesol qui ne sont pas salées (le sel retient les liquides et manger trop salé abîme entre autres les reins)
  • N’en consommez pas trop : une poignée tout au plus par jour (au-delà, leur niveau calorique devient trop élevé et l’effet est inverse) : tout est une question d’équilibre.

Globalement, comme indiqué dans notre précédent article sur les graines, veillez à varier celles que vous mangez !

Bien entendu, les graines se consomment dans le cadre d’une alimentation équilibrée et variée (il faudra bien vous hydrater et boire de l’eau), et d’un mode de vie sain. Ce qui signifie entre autres que pour maigrir rapidement, avoir une activité physique régulière sera incontournable. Sans faire de sport, il ne sera pas possible de maigrir du ventre, d’avoir des cuisses plus fines ou des bourrelets en moins. Retrouvez dans notre catégorie « sport » de nombreux articles pour vous accompagner dans votre activité physique régulière !

Et vous, utilisez-vous les graines pour vous aider à perdre du poids ? Laissez votre témoignage, en commentaire !

Pourquoi vous arrive-t-il d’avoir encore faim à la fin d’un repas ?

Pourquoi vous arrive-t-il d’avoir encore faim à la fin d’un repas ?

Pourquoi vous arrive-t-il d'avoir faim à la faim d'un repas ?

Pourquoi vous arrive-t-il d’avoir faim à la faim d’un repas ? Vous terminez de manger et… vous avez toujours faim !? Quelles peuvent en être les raisons ?

Si vous terminez votre repas avec une sensation de faim toujours présente (pas de satiété), plusieurs origines peuvent expliquer cette situation. Posez-vous les bonnes questions pour en identifier les raisons ! Ainsi, vous saurez pourquoi vous avez toujours envie de manger.

Au préalable, rappelons que ce soit pour perdre du poids ou garder son poids de forme, il est important de structurer sa prise d’aliments au cours de la journée. Les grignotages qui viennent combler un petit creux, les collations ou les fringales viennent en réponse à un déséquilibre s’ils n’ont pas été prévus en amont. A ce titre, nous vous rappelons notre article : pourquoi les en-cas ne sont pas forcément du grignotage.

Avoir de bonnes habitudes alimentaires consiste certes à éviter de grignoter à tout bout de champ, mais aussi à bien s’alimenter lors de chaque repas. Ainsi, si vous avez encore faim à la fin d’un repas, il faut vous poser les bonnes questions pour identifier la ou les origines de la sensation de faim. De la sorte, vous ne vous laisserez pas guider par votre estomac mais ferez les bons choix pour un bonne de vie sain, en calmant votre envie de grignoter.

Voici les 6 questions Herbalife Nutrition à vous poser si vous avez encore faim entre les repas.

Votre repas est-il équilibré ?

Un repas équilibré se compose notamment de légumes et de fruits, de céréales/féculents et d’une source de protéines (voir par exemple nos programmes à 1500 et 1800 calories).

Or les repas déséquilibrés sont plus susceptibles d’être associés à un retour de la faim, notamment :

  • si le repas n’est pas assez riche en protéines,
  • s’il n’est pas assez riche en fibres,
  • si les ingrédients consommés ont un index glycémique élevé,
  • si le repas est trop riche en sucre et/ou en graisses.

Bref, optez pour des repas équilibrés Ils sont plus rassasiants.

Avez-vous suffisamment mangé ?

Votre repas correspond-il bien à vos besoins ? En fonction de vos activités (physiques…), vous devrez peut-être adapter vos rations ! Dans tous les cas, veillez à vous alimenter en quantités suffisantes (sans excès bien sûr !).

Quelle est la texture de vos aliments ?

Les aliments mixés (soupes…) se digèrent beaucoup plus vite : il est important d’opter pour des aliments solides qui contribueront à procurer durablement un sentiment de satiété.

Avez-vous faim ou soif ?

Les signaux de la faim et de la soif pouvant être proche, il peut nous arriver de mal les interpréter. Bref, si vous avez faim en fin de repas, demandez-vous si vous vous êtes suffisamment hydraté, et optez plutôt pour un grand verre d’eau ou une boisson sans sucre (thé…) plutôt que pour un deuxième dessert !

Avez-vous pris le temps de manger ?

Si vous mangez trop vite (disons en 10-15 minutes), vous terminerez votre repas avant que les signaux de satiété n’atteignent votre cerveau (ce qui prend généralement 20 minutes).

En outre, si vous mangez trop vite :

  • vous ne savourez pas votre repas,
  • vous mâchez moins bien vos aliments, ce qui risque d’engendrer une digestion plus difficile.

Pour prendre le temps de manger, accordez-vous au moins 30 minutes pour le faire de manière posée. Si vous avez tendance à avaler trop vite votre assiette, adoptez cette habitude : vous devez avoir fini votre bouchée avant de reprendre en main votre fourchette ! Ainsi, vous réussirez à manger calmement.

Avez-vous vraiment faim ?

Vous terminez votre repas et vous avez encore faim : est-ce pour autant vrai ? Il faut en effet faire la différence entre la faim et l’envie, comme nous vous l’avons expliqué dans notre article « Je mange normalement mais j’ai tout le temps faim : pourquoi ? »

Ainsi, si vous avez encore faim à la fin d’un repas et risquez de manger entre les repas, le mieux est de répondre honnêtement aux questions ci-dessus de manière à en identifier la ou les causes !

Et vous, prenez-vous des repas qui calment votre appétit ? Arrivez-vous facilement à une sensation de satiété ? Dites-nous tout en commentaire de cet article du blog Herbalife Nutrition !

Comment concilier télétravail et cuisine en famille ?

Comment concilier télétravail et cuisine en famille ?

Comment concilier télétravail et cuisine en famille ?

Comment concilier télétravail et cuisine en famille ? Ce n’est pas toujours évident de préparer des repas sains en famille. Susan Bowerman, diplômée en biologie avec félicitations auprès de l’Université du Colorado . Spécialisée en recherche agroalimentaire et nutrition. Elle est diététicienne (accréditée), a obtenu deux certifications de l’Académie de Nutrition et Diététique en tant que spécialiste certifiée en diététique du sport. Et également en tant que spécialiste de l’obésité et de la gestion du poids. Elle nous dévoile ses conseils pour cuisiner en famille.

Le contexte actuel a bouleversé tous les aspects de notre quotidien. Des millions de familles se retrouvent à la maison et prennent le temps de cuisiner des plats familiaux. Pour certains, c’est un des bienfaits de ce confinement. De nombreux travailleurs ont basculé en télétravail. Et avec la fermeture des écoles, les parents se retrouvent à cuisiner beaucoup plus que d’habitude.

En famille, il faut alors trouver des façons d’impliquer leurs enfants par le biais d’activités structurées, dont la cuisine. Le fait de faire participer les enfants à la préparation des repas leur permet de se sentir intégrés et les encourage à essayer de nouvelles recettes équilibrées.

Conseils de préparation des repas pour familles débordées

Impliquer les enfants dans la préparation des repas peut sembler plus contraignant qu’autre chose. Mais cela peut aider à entretenir un semblant de normalité tout en leur apprenant de nouvelles compétences. Les enfants gagnent vraiment à aider en cuisine. Ils découvrent les mesures, apprennent à suivre des instructions, à lire les recettes.

Les recherches indiquent également que les enfants peuvent être ainsi encouragés à manger plus équilibré lorsqu’ils participent à la préparation. Ainsi, ceux qui cuisinent plus souvent à la maison ont une alimentation moins calorique et moins riche en sucres et en graisses.

Astuces pour cuisiner en famille

Comment cuisiner en famille ? Voici les astuces

Cuisiner en famille en instaurant une routine

Pas besoin de programmer des spaghetti le jeudi et des pizzas le vendredi chaque semaine. Mais parfois, le choix des menus à l’avance peut aider à débloquer une prise de décision. Choisissez un ou deux jours et définissez le type de nourriture pour ces jours-là. Pas besoin de définir précisément ce que vous mangerez, mais vous pouvez par exemple décider de ne pas manger de viande le lundi, ou de prendre un petit-déjeuner en guise de dîner une fois par semaine.

Préparer des repas en famille en rassemblant des recettes

Choisissez le système qui fonctionne pour vous. Vous pouvez récupérer des recettes dans les magazines pour les ranger dans un classeur, ou bien les enregistrer dans votre ordinateur ou votre téléphone. Ensuite, compilez plusieurs recettes simples que toute la famille apprécie.

Vous pouvez également demander à vos enfants de rassembler leurs recettes préférées pour en faire un carnet.

Une liste précise, des courses une fois par semaine… ou moins

Les sorties devant être limitées, notamment dans les lieux publics, il est important de minimiser vos sorties au supermarché, et donc de vous organiser scrupuleusement.

Demandez aux différents membres de la famille de participer à l’élaboration de la liste de courses.

Vérifiez ce qu’il vous reste au réfrigérateur, au congélateur et dans vos placards pour pouvoir préparer rapidement une soupe, un curry ou des pâtes si besoin.

Voici quelques aliments à garder à portée de main : des conserves de haricots, thon et tomates, des fruits, légumes, viandes, poissons, volaille surgelés, des œufs, yaourts, lait et fromage allégé au réfrigérateur.

Préférez les fruits et légumes se conservant le plus longtemps, comme les agrumes, les pommes, les carottes, les brocolis, le chou-fleur, le chou, le céleri et les poivrons.

Attribuer des rôles au sein de la famille pour la préparation des repas

Si votre moitié manie parfaitement l’art du couteau, elle peut se charger de la découpe des ingrédients. Les enfants les plus jeunes peuvent mélanger et aider à mesurer. Certaines personnes préfèrent nettoyer. Accordez-leur un rôle qu’ils peuvent assurer sans trop se plaindre.

Penser rapide et simple

Combien de fois avez-vous acheté une courge spaghetti par exemple, avec la meilleure des intentions culinaires, pour la laisser lentement pourrir dans le bac à légumes du réfrigérateur ?

Prenez les devants et optez pour les légumes surgelés, prélavés, les viandes précuites ou marinées pour réduire le temps de préparation et de cuisson.

Viser l’efficacité : une préparation pour deux plats.

Si vous savez que vous allez utiliser des oignons, de l’ail ou des légumes émincés dans plusieurs plats au cours de la semaine, faites toutes vos découpes en même temps et stockez ce que vous n’utilisez pas immédiatement au réfrigérateur. Vous gagnerez du temps lors de la préparation de votre prochain repas.

Préparez du riz ou du quinoa en plus, et congelez la quantité non utilisée pour un prochain repas. Vous pouvez cuire des protéines pour deux repas. Le reste du poisson que vous allez cuire ce soir pourra être intégré à la préparation des tacos de poisson que vous programmez demain.

La magie des plats uniques

Apprenez à cuisiner des plats équilibrés en protéines, légumes et féculents. Le chili, les soupes, les plats à base de pâtes et les ragoûts sont de bons exemples.

Bien sûr, vous ne maîtriserez pas tous les secrets de l’équilibre nutritionnel en une soirée, en particulier si les différents membres de la famille sont un peu difficiles à motiver. Commencez petit et vous créerez ainsi une base solide pour votre famille qui ne pourra que se consolider avec le temps. Amusez-vous à tester des recettes et ne soyez pas surpris si vous finissez par vous découvrir un mode de vie bien plus équilibré.

À propos de l’auteure, Susan Bowerman, Sr. Présidente, Département International Formation et Nutrition, Herbalife Nutrition

 

Iconic One Theme | Webdesigner CMYK-graphiste

Revenir en haut

";

Contact Us