Les grands principes du bien-être

Les grands principes du bien-être

Les grands principes du bien-être. Quotidiennement, nous recherchons à nous sentir bien. Cela rend nos journées bien plus agréables tant pour nous, que pour notre entourage. Pour y parvenir, voici la recette clé. Une alimentation équilibrée associée à une bonne hydratation, le tout avec un « zeste » suffisant d’activité physique.

• Comment se complètent-ils ? 

L’alimentation équilibrée est essentielle pour fournir à l’organisme plus de 40 éléments nécessaires à son bon fonctionnement. (un véritable défi au quotidien !). L’eau va ressourcer notre corps en lui apportant son élément essentiel de vie. L’activité physique, outre son bénéfice sur l’entretien de notre capital musculaire, nous aide à chasser les nuages liés à notre vie moderne. Ainsi, en associant ces trois éléments, vous vous donnez toutes les chances de vous sentir bien jour après jour.

• Prenez votre temps 

Il ne s’agit pas pour autant de faire une révolution du jour au lendemain. Ainsi prenez le temps nécessaire pour aménager durablement vos habitudes de vie. Ainsi bâtissez un programme progressif. Par exemple, les deux premières semaines, travaillez essentiellement l’alimentation et l’hydratation (eau).Puis introduisez l’activité physique. Récompensez-vous de chaque victoire (il n’y en a pas de petites). Le kilo perdu, la demi-heure de marche tenue sur la semaine. C’est en vous gratifiant que vous restez motivé(e) dans votre démarche de changement pour un bien-être quotidien.

• L’environnement nutritionnel français 

A part ce que les médias (journaux, télévision…) en disent, vous ne connaissez pas très bien la nutrition et c’est normal. La nutrition et surtout une bonne nutrition est  associée à la pratique suffisante d’une activité physique.  C’est la clé pour rester en bonne santé le plus longtemps possible. Un intérêt majeur lorsque l’on sait que nous avons gagné plus de 30 ans de vie en un siècle. Aujourd’hui, une petite fille sur deux qui naît a des chances de devenir centenaire. C’est pourquoi, les liens entre alimentation et santé ne sont plus à démontrer.  Mieux manger permet de jouer favorablement sur la prévention des maladies cardio-vasculaires, l’obésité, le diabète, l’ostéoporose et le cancer (surtout chez l’homme).

• Le Programme National Nutrition Santé 

Il est aujourd’hui parfaitement établi que l’alimentation et l’état nutritionnel participent  essentiellement au développement et à l’expression clinique des maladies. Elles sont aujourd’hui les plus répandues en France, comme dans l’ensemble des pays industrialisés. Cependant consciente de cet enjeu, la France a fait de la nutrition l’une des ces priorités en lançant en 2001 le Programme National Nutrition Santé (PNNS) par le Ministère de la santé. Ce programme vise à nous maintenir en bonne santé en jouant sur ce facteur clé qu’est la nutrition.

• Les 9 objectifs prioritaires du PNNS 

Objectifs portant sur des modifications de la consommation alimentaire :
1 – Augmentation de la consommation de fruits et de légumes.
2 – Augmentation de la consommation de calcium et de vitamines D.
3 – Réduction de la moyenne des apports lipidiques (matières grasses) totaux à moins de 35 % des apports énergétiques journaliers, avec une réduction d’un quart des acides gras saturés.
4 – Augmentation de la consommation de glucides afin qu’ils contribuent à plus de 50 % des apports énergétiques journaliers. En favorisant la consommation des aliments source d’amidon, en réduisant de 25 % la consommation actuelle de sucres simples et en augmentant de 50 % la consommation de fibres.
5 – Réduction de la consommation d’alcool, qui ne devrait pas dépasser 20 g d’alcool (2 verres) chez ceux qui consomment des boissons alcoolisées.

Objectifs portant sur des modifications des marqueurs de l’état nutritionnel

6 – Réduction de 5% de la cholestérolémie moyenne dans la population adultes.
7 – Réduction de 10 mm Hg de la pression artérielle systolique chez les adultes.
8 – Réduction de 20 ù de la fréquence du surpoids et de l’obésité (IMC >25 kg/m2) chez les adultes. Et une interruption de l’augmentation particulièrement élevée au cours des dernières années de la fréquence de l’obésité chez les enfants.

Objectif portant sur la modification de l’hygiène de vie en relation avec l’alimentation 
9 – Augmentation de l’activité physique dans les activités de la vie quotidienne par une amélioration de 25 % du pourcentage des sujets faisant, par jour, l’équivalent d’au moins 1/2 heure de marche rapide. (utiliser l’escalier, faire les courses à pied…) La sédentarisation, facteur de risque de maladie chroniques doit être combattue chez l’enfant.